En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de réaliser des statistiques de visite et de vous proposer des produits et services susceptibles de vous intéresser.
Accepter
Refuser

Parole d'expert : Alain Guélennoc

06 juin 2019

Comment les institutionnels doivent-ils repenser la gouvernance de leur gestion et leur contrôle des risques ?

Alain Guelennoc Directeur Général de Federal Finance Gestion a participé au Forum AGEFI Investisseurs Institutionnels le 11 avril dernier. Il partage en interview son expertise sur la gouvernance des risques et la façon de la repenser pour les institutionnels.

 

« Dans un monde où la prise de risques est plus fortement consentie,
comment les institutionnels doivent-ils repenser la gouvernance de leur gestion
et leur contrôle des risques ? »

 

 

Quels sont les risques auxquels les institutionnels sont exposés ?

Les institutionnels peuvent être exposés à quatre types de risque :

  • Le risque taux : les institutionnels placent l’essentiel de leurs investissements sur les marchés obligataires. Les taux d’intérêt ont fortement baissé au cours des dernières années. Cela a conduit les institutionnels a réduire la maturité moyenne de leurs investissements, dans la perspective d’une éventuelle remontée des taux.
  • Le risque crédit : dans ce contexte de taux bas, les institutionnels ont pris plus de risque de crédit pour trouver du rendement. Ils ont ainsi placé une partie de leurs liquidités sur des entreprises de taille intermédiaire, sur lesquelles le risque est plus élevé.
  • Le risque actions : les marchés actions affichent traditionnellement une plus forte volatilité, c’est pourquoi, nous avons développé toute une gamme de fonds Actions à protection systématique contre la baisse des marchés actions, ce qui a pour impact de limiter le risque des institutionnels.
  • Le risque de liquidités : ce risque est en augmentation en raison d’une diminution relative des placements en titre d’Etat au profit de titres peu liquides (placement privé, fonds de prêts…).

 

Comment suivez-vous ces risques là ?

L’institutionnel a des exigences de plus en plus fortes dans le suivi de ces risques.

C’est pourquoi, nous, société de gestion, répondons à ses demandes par :

  • des reportings de plus en plus précis
  • la transparisation de tous ses fonds
  • le suivi du budget risque (étude de la perte maximale que l’institutionnel peut subir)
  • la réalisation de produit sur-mesure pour gérer ces risques (fonds actions à faible volatilité avec protection systématique de la baisse des marchés).

 

Les institutionnels sont-ils sensibles à une approche ESG et cela permet-il de réduire le risque de leur portefeuille ?

Oui, la Loi de transition énergétique a permis de prendre en compte les critères Environnementaux (impact carbone), Sociaux et de Gouvernance dans leurs investissements. Aujourd’hui, nous assurons la notation de la quasi intégralité des investissements réalisés en ISR.

 

La prise en compte d’aspects ESG - et notamment de gouvernance - permet de diminuer le risque global des portefeuilles. Nous évitons ainsi d’investir sur des sociétés dont la gouvernance manque de transparence et est sujette à caution. Ce sont d’ailleurs les sociétés dont les évolutions boursières sont les plus volatiles.